Le cloud computing, une solution indispensable pour les entreprises ?

1 juillet 2013 Non Par E.Mekraoui

Le cloud computing s’impose ces dernières années comme une solution de plus en plus indispensable pour les entreprises, et la tendance n’est pas prête de s’inverser !

Le cloud computing, c’est quoi ?

Le principe du cloud computing est plutôt simple. Littéralement traduit comme « l’informatique dans les nuages » le cloud computing est une solution de logiciels, espaces de stockage, applications ou encore services accessibles via un réseau internet ou non. Par exemple, une entreprise peut choisir de baser son CRM sur son cloud plutôt que d’utiliser un logiciel traditionnel basé sur son serveur.

La CNIL associe au cloud computing les notions suivantes :

  • la simplicité d’un service à la demande, accessible pour les utilisateurs  à tout moment
  • une extrême flexibilité
  • un accès virtuel léger, simple facile : une simple connexion internet permet d’accéder aux ressources,
  • un paiement à l’usage

Ainsi, le cloud computing présente de nombreux avantages : tout d’abord, le cloud computing est rapide et simple d’accès. La mise en place d’applications est également très rapide. Par exemple, il suffit de quelques jours pour rendre une application basée dans votre cloud opérationnelle. Le cloud computing est également une solution peu onéreuse pour les entreprises. En effet, avec le cloud computing, pas besoin de lourds investissements en informatique (matériel, logiciels,…) ni en maintenance. De plus, l’entreprise ne paie qu’à l’utilisation grâce à un abonnement mensuel fixé à l’avance.

Un autre argument en faveur du cloud computing réside dans le fait que de par leur virtualité, les applications ou logiciels de votre cloud sont constamment mis à jour, ce qui vous permet de bénéficier de constantes améliorations.

Le cloud représente donc une solution simple, confortable et efficace pour les entreprises, qui leur octroie au passage un gain de trésorerie.

Au sein du cloud computing, on distingue trois formes de services : SaaS, PaaS et IaaS.

  • SaaS, pour Software as a Service

Dans ce type de configuration, des applications sont directement mise à disposition des utilisateurs via un réseau, internet ou non. Ce type de service est très simple d’accès et d’utilisation. Des exemples concrets de SaaS sont les messageries en ligne (GMail,…) ou bien encore les plateformes d’application (I Tunes, Google Apps,…)

  • IaaS, pour Infrastructure as a Service

C’est le niveau de service le moins développé offert par le cloud computing.  Un fournisseur donne accès à une infrastructure, à un parc de machines informatiques virtuelles. L’utilisateur installe alors ses propres applications et système d’exploitation.

  • PaaS, pour Platform as a Service

Il s’agit d’un intermédiaire entre IaaS et SaaS. Dans ce type de services, l’utilisateur contrôle l’application et peut y ajouter divers outils. Ici, le prestataire du cloud fournit un système d’exploitation et des outils d’infrastructures. C’est en somme un service (par exemple un site, une plateforme de service) hébergé sur un serveur.

La flexibilité, la facilité de l’accès aux données à n’importe quel endroit, la simultanéité, la compétitivité, la sécurité, l’aspect écologique ou bien encore l’économie financière sont autant d’arguments en faveur du cloud computing au sein des entreprises. Ainsi une étude récente montre que les petites entreprises vont investir  près de 100 milliards de dollars d’ici 2014 dans les services de cloud computing.

Vous pouvez obtenir plus d’informations sur le cloud computing en contactant spécialiste en informatique : recevez 3 devis d’hébergement de site web.